Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les sites à ambiguités !

catégorie video : ici

Nassiha de Sheikh Fawzan (hafidahu Allah)

"...Les gens qui se réclament de la da'wa, il est obligatoire de regarder chez eux : où ont ils étudié ? et d'où ont ils pris leur science ? d'où est ce qu'ils viennent ? quelle est leur 'aquida ? et vous regardez leurs actes et leurs conséquences sur les gens. et qu'est ce qu'ils ont propagé comme bien ? Et qu'est ce qui résulte de leurs actes comme réforme ? Il est obligatoire d'apprendre leur état avant de se faire leurrer par leurs paroles et leurs apparences, et on ne peut se passer de cela, spécialement à notre époque dans laquelle se sont multipliés les prêcheurs aux troubles (fitan). Et le Prophète a décrit les prêcheurs aux troubles (fitan) comme étant des gens de notre souche et parlant notre langue (voir hadith Houdhayfa Ibnoul Yaman dans Sahih Al-Boukhari tome 8 page 92-93). Et quand le Prophète a été interrogé à propos de la fitna, il a dit : " des prêcheurs aux portes de l'enfer. Celui qui leur répondra, ils le précipiteront [en enfer] " Ils les a appelés prêcheurs (dou'ate) !!! Ainsi, il nous est obligatoire de faire attention à cela, et que nous ne nous réunissions pas dans la da'wa autour du premier venu, et de tous ceux qui disent : " Je fais da'wa à Allah , et ce groupe fait da'wa à Allah ! " Il est obligatoire de vérifier la réalité des choses, et il est obligatoire de vérifier la réalité des gens et des groupes..." (Tiré de "Al-Mountaqa" tome 1 page 320)

Annuaires sites salafis

salafipage.png

Fait partie des signes de l’Heure...

D’après Abû Umayya Al-Jumahî (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit:
"Fait partie des signes de l’Heure le fait que la science soit sollicitée chez les petits". [1]

Et AbdAllah Ibn al-Mubarak (mort en 181H) a dit : "Les petits : Les gens de l’Innovation, sans rapport avec l’age ». Il a dit aussi : « Ceux qui parlent selon leurs opinions".

 

[1] (Rapporté par Tabarani dans al-Kabir, Al-Lalakai dans Charh Usul al-Itiqad n°102. Authentifié par Al-Albânî dans Sahîh al-jâmi’ n°2207 et As-silsila as-sahîha n°695. Ibn Mubârak dans « Az-zuhd » n°52 et par ibn AbdilBarr dans Jami' Bayan al-'Ilm n°1051)

Nassiha de Sheikh Fawzan (hafidahu Allah)

"Ceux qui se réclament de la da’wa (prêche salafi) de nos jours, il y a parmi eux des égarés qui veulent faire dévier les jeunes et détourner les gens de la vraie religion et diviser la djamaa des musulmans et les faire tomber dans la fitna. Et Allah (soubhanou wa ta'ala) a mis en garde contre ceux là : {S'ils étaient sortis avec vous, ils n'auraient fait qu'accroitre votre trouble et jeter la dissension dans vos rangs, cherchant à créer la discorde entre vous. Et il y en a parmi vous qui les écoutent. Et Allah connait bien les Zalimoun} (Sourate 9, verset 47)..." (Tiré de "Al-Mountaqa" tome 1 page 320)

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 03:08

help blue button Question :

Barak Allah ou fikoum, le questionneur dit : « Il y a des personnes qui voient qu’il ne faut pas répliquer publiquement à celui qui est tombé dans l’erreur lorsqu’il fait partie de ceux qui se réclament de la Salafiya, en raison de ses efforts en faveur de la Da`wa et afin de ne pas causer la division dans le rang Salafi ; quelle est donc votre réponse - puisse Allah vous protéger ? »

 

ui button default Réponse :

Quelle définition donner au rang salafi ? Quelle est la signification de ce rang salafi ? Le rang Salafi comporte des caractéristiques :

 

La première caractéristique : s’attacher au Livre (Coran) et la Sounna et selon la compréhension des pieux prédécesseurs.

 

La seconde caractéristique : clarifier la Sounna et le chemin de la Vérité par la science et l’apprentissage, et appeler les gens à cette Vérité.

 

La troisième caractéristique : rejeter le blâmable ; ils ne l’acceptent pas en toute circonstance.

 

La quatrième caractéristique : réfuter les erreurs dans lesquelles il n’y a pas place à l’effort d’interprétation et qui ne sont pas des sources de désaccord. Les réfuter avec des preuves provenant du Livre (Coran) et la Sounna et les paroles des imams de la science, de la Foi et de la religion.

 

Ensuite, s’il s’avère que cette faute est faite en public, publiée dans un livre ou présente dans des cassettes ou formulée durant un cours, alors on doit emprunter la même direction (dans la réfutation) parce que l’objectif est de débarrasser la véritable pratique religieuse de l‘impureté qu’est l’innovation (dans la religion) ; et s’il s’avère que cela s’est déroulé lors d’une assise en privée et qu’on s’est assuré que la faute a été commise alors elle est réfutée de manière restreinte, dans ses limites (en privé). Si Bakr rapporte une faute de Said dans laquelle il n’y a pas d’effort d’interprétation possible et que Bakr est pour moi une personne digne de confiance, je dis : « ceci est une erreur ! » - et je mets en évidence sa faute avec des preuves provenant du Livre (Coran) et la Sounna et en conformité avec la compréhension des pieux prédécesseurs.

 

Et par cela vous saurez qu’il y a dans la présente déclaration (dans la question), plusieurs contradictions :

 

La première erreur : la contradiction d’avec le Livre (Coran) et la Sounna. Fait partie de la Sounna Al-Moutawâtira, ce qui est rapporté par un grand nombre de transmetteurs attestant de son authenticité, le récit rapporté par Al-Boukhari et autres que lui, d’après ‘Aicha (qu’Allah soit satisfait de lui), qui dit avoir entendu le Messager d’Allah récité cette parole du Très Haut : « C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre: il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses... » [S03 .V07] ; et dire ensuite : « Si vous voyez ceux qui suivent les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, ce sont ceux qu’Allah a nommés, méfiez-vous donc d’eux ». [Boukhari et Mouslim]

 

Et il est rapporté par Mouslim dans l’introduction de son Sahih, d’après Abu Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui), de même qu’Al-Baghawi l’a jugé bon dans "Sharh As-Sounna" que le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Il y aura à la fin de ma communauté des hommes qui rapporteront des paroles que ni vous, ni vos pères n’aviez entendus auparavant, prenez garde à eux et qu'ils ne vous égarent pas. ».

 

Tout comme sont rapporté en grand nombre dans la Sounna, les mises en garde contre les Khawarij et les mises en garde contre les groupes égarés. Parmi elles, le hadith qui fait mention de la division de la communauté en 73 sectes et qui un hadith authentique par l’ensemble de ses chaines de transmission ; le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Et ma communauté se divisera en 73 factions, toutes seront dans le Feu excepté une seule » ils dirent (les sahabas) : « laquelle ô messager d’Allah ? » Il répondit : « c’est la Jamâ'a (le Groupe) ».

 

Les savants ont dit : « la Jamâ'a (le Groupe), c’est ce qui est conforme à la Vérité ; na’am... (En effet), tu représentes à toi seul la Jamâ'a (le Groupe), na’am...ceci est donc la parole de nos savants : - la Jamâ'a (le Groupe), c’est ce qui est conforme à la vérité - même s’il est le seul à la suivre, il représente la Jamâ'a (le Groupe).

 

La seconde erreur : les gens de la Sounna soient unanimes sur le fait de mettre en garde contre l’erreur et la personne en contradiction qui fait partie des gens de l’innovation. Et de répliquer au contradicteur même s’il fait partie des gens de la Sounna, leurs livres (à ce sujet) sont connus, je vous ai cité certains d’entre eux.

 

Avec cela, vous saurez que cette personne – l’auteur de cette déclaration (dans la question) – est soit un ignorant et n’a pas la capacité de discernement permettant de différencier entre les gens, ou alors c’est quelqu’un qui suit la règle qui consiste à s'excuser et s'entraider, il l’a met en pratique, même s’il l’a conteste et qu’il a du mépris pour ces partisans et qu’il les dénigre d’un certain point de vue, cependant d’un point vue pratique, il la met en application, qu’il le veuille ou non. Na’am...

 


right and down arrow Sheikh Salih 'Ubayd Al-Jabiri - hafidahu Allah


right and down arrow Source : ar.miraath.net | sahab.net

right and down arrow Explication du livre : « 'Aquidatou Ar-Raziyin » – de 'Abd Ar-Rahman Ibn Abi Hatim Al-Razi (Qu'Allah lui fasse miséricorde) - réponse n°03 du noble Sheikh ‘Ubayd Al-Jabiri (Qu’Allah le préserve)
right and down arrow Traduction rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy | www.alghourabaa.com   

Repost 0
Published by conseils-aux-salafis - dans Sheikh 'Ubayd Al-Jabiri
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 19:22

help blue buttonQuestion :

Noble cheikh. Qui est le savant digne de considération dans la science de la critique et l’éloge à notre époque ?

 

 

ui button default Réponse :

La critique est l’éloge, même certains savants de mérite ne sont pas compétents dans ce domaine.

 

Pour être digne de considération dans ce domaine, il faut premièrement avoir de la science, deuxièmement, craindre Allah et troisièmement avoir une grande connaissance des hommes, de leurs paroles et de leurs situations.

Celui qui possède ces trois caractéristiques excellera dans la science de la critique et l’éloge.

 

Depuis les premiers temps, ceux qui se démarquent dans la science de la critique et de l’éloge sont peu nombreux. Car la science de la critique et l’éloge fait partie de la religion.

 

Celui qui critique une personne sur une chose dont Allah sait qu’il est innocent, qui le critique seulement par passion, il a certes exposé sa personne aux hostilités le jour de la résurrection.

  

Et celui qui recommande une personne qui ne mérite pas de recommandation a mis en danger sa personne et a mis en danger les gens.

 

Donc il est obligatoire de posséder ces trois caractéristiques pour la critique et l’éloge :

 

1- la crainte d’Allah et la piété,

2- la science,

3- une grande connaissance de la situation des gens et de leurs paroles.

 

 

Cheikh Rabi’ (Ibn Hady Al Madkhaly), qu’Allah le préserve, a été recommandé par Cheikh Al Albani dans cette science. Et cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres savants parmi ses frères qui sont compétents dans ce domaine.

 

Et j’aimerai attirer votre attention sur le point suivant qui en réalité est une règle :

 

 

Celui qui sait est une preuve pour celui qui ne sait pas.

 

 

Donc si quelqu’un fait de brèves éloges d’un homme et qu’une autre personne le critique avec des preuves claires venant de ses livres, de ses cassettes ou de ses paroles, alors ce qui est pris en compte est la parole de celui qui critique.

 

Quant à celui qui le recommande, il est possible qu’il soit excusé. Il l’a peut être recommandé car il pensait du bien de lui, ou bien, il lui a été recommandé par une personne à qui il fait confiance au niveau de sa religion et sa loyauté et a alors fait ses éloges.

 

Celui qui l’a critiqué nous a apporté une science supplémentaire qui a échappé à celui qui l’a recommandé, car il a prouvé que cet homme était réfutable.

 

Depuis très longtemps les gens divergent. Par exemple, Chafi’ disait à propos d’Ibrahim Ibn Muhammad Ibn Abi Yahya : une personne de confiance m’a rapporté…

 

Mais d’autres savants l’ont critiqué. L’Imam Malik et d’autres l’ont critiqué. Et la raison pour laquelle il a été critiqué n’est pas apparue à l’Imam Chafi’i malgré sa grande notoriété et qu’il soit un Imam.

 

Un autre exemple : AbduRahman Ibn Salih Al Azdi Al ‘Ataki à été recommandé par l’Imam Ahmed mais il a été critiqué par Abou Daoud car il a écrit un livre où il critique la famille du Prophète.

 

Les savants de cette science ont accepté la critique de l’Imam Abou Daoud et cela ne nuit point à l’Imam Ahmed, qu’Allah lui fasse miséricorde, car il l’a recommandé en fonction de ce qu’il savait.

 

J’ai mentionné cette règle car le fait de ne pas la comprendre peut perturber l’étudiant en science.

 

Vous trouverez par exemple certains savants qui ont critiqué Sayed Qutb et d’autres qui le recommandent et disent que c’est un imam de la guidée, etc, etc.

 

 

 Alors comment faire ? Regarde, tu as en face de toi une recommandation et une critique. Tu as une parole qui dit que ce n’est pas un Imam de la guidée, que c’est un égaré qui égare, que la moindre des choses que l’on puisse dire sur lui est que c’est un ignorant et que ses livres sont remplis de mécréance, de takfir, de paroles de mécréance, du reniement des attributs d’Allah.

 

Et une autre qui dit que c’est un imam de la guidée, un savant qui a des erreurs.

 

 

Alors comment faire ? Utilise cette règle. Qui est-ce qui a avec lui la preuve ? C’est celui qui l’a critiqué. Car celui qui a critiqué Sayed Qutb, à cause de son tafsir et autres, l’a critiqué avec des preuves qui démontrent à celui qui les lit que cette personne n’a pas de science. La moindre de des choses que l’on puisse dire sur lui et que c’est un ignorant qui n’a pas de science et que les musulmans du commun sont meilleurs que lui.

 

Vous avez compris cela ? Cheikh Rabi’ a écrit quatre ou cinq livres dans lesquels il a démontré la critique de cette personne avec preuves.

 

Et avant lui le cheikh Abdullah Duwaych, qu’Allah lui fasse miséricorde, qui est parmi les savants de la région de Qassim, il a dénombré 181 erreurs présentes dans son tafsir.

 

Donc comment peut-on dire qu’il a des petites erreurs et qu’il est comme-ci, etc. Cela ne nous concerne pas. Nous le critiquons, car celui qui l’a critiqué l’a fait avec des preuves tirées de ses livres.

 

Ceci est un exemple.

 

Un autre exemple, certains disent que Hassan al Banna est un imam parmi les imams qui font des efforts d’interprétation et qu’il a des petites erreurs et quelques fausses interprétations.

 

Et un autre t’expose les erreurs de Hassan al Banna et de ses livres et t’affirme avec preuves que c’est un moufawwid, un soufi adorateur de tombe, qui a inventé cette affreuse règle qui est de se pardonner et de s’entraider.

 

« Nous nous entraidons sur ce quoi nous sommes d’accord et nous nous excusons les uns les autres sur les choses sur lesquelles nous divergeons. »

 

C’est une règle qu’il a appliqué lorsqu’il a fondé l’assemblée des frères musulmans. Parmi les membres de cette assemblée il y avait trois chrétiens… Macha Allah !

 

Il a fondé la maison du rapprochement entre les sunnites et les chiites en Égypte. Il a invité les têtes des rafidhas…

 

Vous avez compris cela, le premier a une preuve, quant à celui qui n’a pas de preuves, nous ne nous en préoccupons pas, car nous sommes la communauté qui suit les preuves.    

 

 

Ecouter le Sheikh: ici   

 

 


right and down arrow Sheikh Salih 'Ubayd Al-Jabiri - hafidahu Allah


right and down arrow Traduit et publié par: daralhadith-sh.com                    

Repost 0
Published by conseils-aux-salafis - dans Sheikh 'Ubayd Al-Jabiri
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 17:49

prudence-point-exclamation-signe-triangle-alerte-icone-3992 Ô serviteurs d’Allah, ne prêtez pas attention à ceux qui condamnent les gouverneurs et les dénigrent pour leurs erreurs devant les gens, sur les minbars, dans les assemblées, dans les livres et dans les cassettes. Ceux-là sont des gens des passions, ils appellent à l’égarement et à la division !

 

S’ils étaient de bons conseillers comme ils le prétendent, ils auraient suivi la guidée du Prophète (sallahu 'alaihi wa salam) et les orientations qu’il a données dans sa Sunna authentique.

 

Le Prophète (sallahu 'alaihi wa salam) a dit :

 

« Celui d’entre vous qui a un conseil à donner au gouverneur, qu’il ne le dévoile pas publiquement. Qu’il s’isole avec lui et qu’il le prenne par la main. S’il accepte, tant mieux, sinon il aura certes fait ce qui lui incombe. »

 

Ecouter le Sheikh

ici

 

 


right and down arrow Sheikh Salih 'Ubayd Al-Jabiri- hafidahu Allah


right and down arrow Traduit et publié par: daralhadith-sh.com

 

Repost 0
Published by conseils-aux-salafis - dans Sheikh 'Ubayd Al-Jabiri
commenter cet article